Affaire Grégory Lemarchal : La cours d'appel de Lyon fixe les limites de l'humour.

1461974791_c6fea1f51e_b.jpg

En dépit de pressions tout à fait inadmissibles de la part du lobby pro-comique, la cour d'appel de Lyon a fait preuve d'un courage historique en confirmant le 8 octobre dernier la condamnation de Frédéric Martin pour insulte envers Grégory Lemarchal. Comme nous le mentionnions dans un précédent communiqué, l'animateur était poursuivi par les parents du chanteur défunt pour l'avoir désigné par le nom de sa maladie ("mucoviscidose") au lieu de son patronyme dans une émission de télévision. Il devra finalement leur verser 1000 euros d’amende, 2000 euros de dommages et intérêts et 2000 euros de frais d’avocat.

Cette nouvelle représente un véritable camouflet pour tous les pervers, vraisemblablement soudoyés par France 2, qui ont dénoncé ce procès sous prétexte de défendre la liberté d'expression. Alors que ces derniers prétendaient avec une mauvaise foi affligeante que "mucoviscidose" n'est pas une insulte en soi ou que cette plaisanterie dénonçait l'exploitation par TF1 de la maladie de Grégory à des fins d'audimat, le tribunal a en effet prouvé par sa décision que seule une innommable cruauté avait pu motiver son auteur.

Nous regrettons en revanche qu'il n'ait pas condamné Frédéric Martin à payer les 50 000 euros de dommages et intérêts réclamés par les parents de Grégory. Si on divise le total de 5 000 euros que l'humoriste devra débourser par la longueur du mot "mucoviscidose", on arrive en effet à la ridicule somme de 384,62 euros par lettre. Souscrire à la requête de la famille aurait porté le prix de chaque lettre à 4076,92 euros, ce qui est encore bien peu cher comparé à l'ignominie du propos incriminé.

Comme le dit justement l'avocate des plaignants Me Colette Chazelle dans Libération, cette condamnation garde toutefois un impact important puisqu'elle permet de "fixer des limites au droit à l’humour et à l’expression". Contrairement à une idée fort répandue, l'humour n'est effectivement pas une notion relative qui dépend de la perception et de l'histoire de chaque individu, mais un phénomène mesurable scientifiquement que la justice doit restreindre au maximum. Le peuple français ne disposant pas du recul nécessaire qui lui permettrait de rire d'une maladie sans pour autant rire du malade, il est primordial que l'État décide pour lui de ce qui relève de l'insulte ou de l'humour, le protégeant finalement de lui-même. En tant que partisans de la tolérance zéro dans ce domaine, nous ne pouvons qu'applaudir la victoire de Me Colette Chazelle qui fera peut-être qu'à l'avenir, on rira beaucoup moins en France. Nous prédisons par ailleurs une carrière prospère à l'avocate, puisque depuis la mort de Raymond Devos, il n'existe quasiment aucun humoriste qui n'égratigne de temps à autre une personnalité publique.

Alors que la majorité des gens sensés se réjouissent de l'issue de ce procès, il se trouve évidemment quelques humourophiles intégristes pour protester contre l'inévitable en expliquant que Coluche, Desproges ou d'autres fantaisistes n'auraient jamais pu faire carrière si la justice avait été aussi dure à leur époque. Ils n'ont manifestement pas compris que la marche vers un monde plus civilisé implique justement que ce genre d'"artiste" plaisantant avec des sujets aussi graves que la mort ou la misère n'ait plus jamais voix au chapitre. Le jour où les comiques français vivront perpétuellement dans la crainte d'être attaqués en justice dès qu'ils abordent un sujet tabou ou qu'ils critiquent une célébrité, il ne leur restera plus que les blagues carambar. Privé de son prétendu pouvoir d'exorcisation, qui n'est dans les faits que de la vulgaire subversion, l'humour disparaîtra de lui-même, permettant enfin à l'AMER de remplir sa mission d'éradication de l'humour, dans un premier temps au niveau national.

Anonymous (non vérifié) on June 23rd 2013

Tous les moyens sont bons pour gagner du fric

Marie-Agnès (non vérifié) on October 14th 2008

Bravo à l'avocate en question, il est vrai qu'en ce moment, elle doit être bien inspirée par l'ambiance morose qui règne dans les tribunaux (où ce qu'il en reste, vu le ménage par le vide que fait Rachida Dati, ministre de la Justice).
Malheureusement, il reste encore un peu de travail à "Mortaurire", certains humoristes persistent (Anne Roumanoff a beaucoup progressé...à suivre...), quand aux politiques, ils sont encore très performants comme comiques, même s'ils nous font rire jaunes.
Marie-Agnès
PS : Siné continue son journal, encore un qui s'acharne !

fabian (non vérifié) on June 02nd 2015

Je suis moi-meme maman et je comprend tout a fait les parents de gregory dans cette situation.